Décision de justice : dénonciation calomnieuse

TAMPON _Secret professionnel -confidentiel - CBK INVESTIGATIONS copyright

Aux termes de l’article 226-10, alinéa 2, du code pénal, dans sa rédaction issue de la loi du 9 juillet 2010, la fausseté du fait dénoncé résulte nécessairement de la décision, devenue définitive, d’acquittement, de relaxe ou de non-lieu, déclarant que le fait n’a pas été commis, ou que celui-ci n’est pas imputable à la personne dénoncée.

Encourt, dès lors, la cassation l’arrêt qui, pour dire constitué le délit de dénonciation calomnieuse, retient que la fausseté des faits de violences dénoncés par la prévenue résulte de l’arrêt de la cour d’appel, devenu définitif, ayant déclaré que la réalité de ces violences n’était pas démontrée.

♦ Cour de cassation, criminelle, Chambre criminelle, 6 mai 2014, 13-84.376, Publié au bulletin

Nous appeler 7j/7 – se faire rappeler – laissez un message – demandez votre devis

Cabinet CBK investigations Toulouse - Paris - Détective BITANE - Des preuves pour la défense de vos droits et intérêts